L'Abbaye La Joie Notre-Dame

Petite histoire de cette jeune abbaye

L'abbaye la Joie Notre-Dame est une "jeune" abbaye. Née à Sainte-Anne d'Auray en 1920, la communauté s'est installée en 1953 dans les murs du château "La Ville Aubert" et de sa ferme, non loin de Campénéac (Morbihan). La propriété avait été achetée en 1947 par les frères de l'abbaye de Timadeuc, un monastère situé à quelques kilomètres.

Les sœurs de l’abbaye de La Coudre, à Laval (Mayenne), avaient d'abord fondé cette communauté cistercienne sous le nom de "Notre Dame de Bonne Garde". Le nom "la Joie" vient quant à lui de l'ancienne Abbaye "La Joye" d'Hennebont (1260-1792).

Une ouverture vers le monde

En 1993, les sœurs font le projet d'implanter une communauté religieuse cistercienne féminine à Madagascar. Deux moniales s'y rendent, bénéficiant de l'hospitalité des moines cisterciens de Maromby.

Trois ans plus tard, une petite communauté incluant des sœurs malgaches s'établit à Ampibanjinana, un lieu-dit situé à 16 kilomètres de Fianarantsoa, dans le sud-est de l'île.

Visiter le site
de l'abbaye
plan du site web acceder à la vidéo d'introduction acceder à la page d'accueil acceder au chapitre Les trois Temps acceder au chapitre La Cloture acceder au chapitre La Règle acceder à l'article Entre deux offices acceder à la page de présentation de l'abbaye la Joie Notre Dame acceder à la bibliographie acceder au lexique acceder à la page de présentation du projet acceder à la page de présentation de la licence pro journalisme acceder à l'article Course chez le medecin acceder à l'article Du temps pour les hôtes acceder à l'article les bonnes heures du temps libre acceder à l'article Les laïcs en renfort acceder à l'article Le métier de moniale acceder à l'article Tant que Dieu l'habille acceder à l'article Vivre avec ses ainées acceder à l'article Une règle à l'épreuve du temps acceder à l'article La règle, le corps et l'esprit acceder à l'article Planning Monastique acceder à l'article Entre le soleil et la pendule